Nombreuses sont les collections publiques françaises à abriter une ou plusieurs œuvres du peintre Théodule Ribot (1823-1891). Toutefois, son inscription si particulière dans la peinture de son temps restait à écrire. Aussi, cet ouvrage offre-t-il une plongée dans l’œuvre de Ribot, à l’aune de la peinture de quelques-uns de ses contemporains et en regard de modèles anciens.
Peintre autodidacte, affranchi et solitaire, Ribot n’était pas moins au cœur de la scène artistique de son temps, dont il partagea l’essentiel des Salons et des expositions provinciales. Beaucoup d’artistes, parmi lesquels Boudin, Roll, Fantin Latour, Gervex, Monet ou Raffaëlli, furent, du vivant de l’artiste, sensible à sa peinture, marquée par une forme éminemment singulière de réalisme. Le goût pour les traditions populaires, l’attention portée aux petites gens, la simplicité austère des objets et des lieux représentés, le choix d’une peinture ténébriste au puissant clair-obscur, sont quelques-unes des caractéristiques de sa peinture. L’artiste partage aussi avec certains de ses contemporains le refus de théâtraliser, une forme de réserve, de retenue bien caractéristique, qui dessine un point d’accord remarquable entre son œuvre et sa vie, toutes deux également discrètes.
L’ouvrage met aussi en lumière le lien qui relie les peintres réalistes à la tradition. Les grandes toiles religieuses de Ribot, ses portraits et ses natures mortes, tout comme sa manière de peindre – ces effets contrastés de lumière sur un fond sombre, ces rehauts vigoureux imprimés dans une pâte épaisse – témoignent de l’influence des maîtres espagnols sur son œuvre.

Théodule Ribot. Une délicieuse obscurité

  • DESCRIPTIF TECHNIQUE

    24 x 24 cm, 256 pages, 135 illustrations, broché avec grands rabats
    30 € - ISBN : 978-2-35906-353-0

     

  • AUTEURS

    Ouvrage collectif, avec les contributions de Gabriel P. Weisberg, professeur honoraire de l’université du Minnesota ; Dominique Lobstein, ancien responsable de la bibliothèque du musée d’Orsay ; Louise Sangla, chargée de cours, doctorante à l’université Toulouse Jean-Jaurès ; Emmanuele Delapierre, directrice du musée des Beaux-Arts de Caen ; Luc Georget, directeur du musée des Beaux-Arts de Marseille et Axel Hémery, directeur du musée des Augustins de Toulouse.

     

  • COÉDITEUR

    Coédité avec le musée des Augustins, Toulouse

  • PARUTION

    En librairie le 14 octobre 2021.

    • Ouvrage édité à l’occasion de l’exposition itinérante qui débutera au musée des Augustins à Toulouse, en octobre 2021, et se poursuivra à Marseille et Caen, en 2022.

    • Il s’agit plus que d’une simple monographie : la production de l’artiste est contextualisée et mise en regard des tableaux de peintres espagnols, hollandais, français et italiens des XVIIe et XVIIIe siècles qui ont constitué des sources pour Ribot, qui revendiquait une filiation avec les maîtres du passé.