Pat Andrea, né à La Haye en 1942, peint des icônes. Profanes et contemporaines, elles demeurent la part obscure d’un univers inversé et clos dans le champ de la toile. Si la peinture d’icônes a ses règles, l’artiste exerce les siennes. Proche de la Nouvelle Subjectivité, il demeure radicalement libre dans la construction de son langage. À un refus de la littéralité du récit, il répond par un réalisme onirique du graphisme, récepteur de l’expression virtuose du trait qu’il domine sans maniérisme.
Ici des figures en grisaille ou un paysage façon impressionniste aux teintes naturalistes contrastent avec un fond abstrait décoratif aux aplats de couleurs très vives. Là encore des anatomies bizarres et des proportions faussées : femme à trois jambes, tête sur pattes, géante volante et autres créatures jouant des scènes intrigantes. Troublants, dérangeants, ces personnages déclenchent une catharsis qui délivre tous les désirs tus. Amorales, ces scènes assument la complaisance exhibitionniste qui demeure la part sombre de la séduction originelle révélée en plein jour. Sous la lumière d’un monde transgressé jusqu’à l’absurde, une dimension poétique submerge la peinture de Pat Andrea.
 

Pat Andrea

  • DESCRIPTIF TECHNIQUE

    20,6 x 25,8 cm, 152 pages, 100 illustrations, cartonné
    20 € – ISBN : 978-2-35906-210-6

  • AUTEURS

    Texte de Lydia Harambourg
    Entretien de l’artiste avec Amélie Adamo

     

  • ÉDITEUR

    Édité par la galerie Laurent Strouk, Paris

  • PARUTION