Les expositions de duo de grands artistes aux rapprochements forcés sont devenus des poncifs ces dernières années. Dans cet ouvrage, il s’agit au contraire de montrer comment Francis Picabia copiait des reproductions de dessins dans les ouvrages sur Ingres. On sait qu’il empruntait aux cartes postales, aux dessins d’ingénieur, aux revues érotiques et aux pages roses du petit Larousse, de même qu’à Ingres, sans avoir trouvé précisément les livres qu’il consultait.
Les années 1922-1923 sont marquées dans le milieu de l’avant-garde parisienne par un engouement pour la « probité du dessin » à la manière d’Ingres. En guise de provocation dadaïste, Picabia expose aux salons de ces deux années trois grands tableaux peints au ripolin et tirant plus vers l’affiche publicitaire que vers les beaux-arts. Il était établi que les figures de La Nuit espagnole et Feuille de vigne sont empruntées à Ingres, mais la source exacte n’avait pas été identifiée. Le troisième, Dresseur d’animaux, est une charge contre André Breton qui cherche à ce moment-là à arracher les dadaïstes à l’influence de Picabia pour les regrouper auprès de lui. Le propos du catalogue est de confronter ces trois tableaux aux modèles qui leur ont servi de base, de même que pour une grande partie des projets de couverture de Littérature.
Partagé entre son admiration pour Picabia et sa volonté d’étendre son hégémonie sur les dadaïstes, André Breton demande à Picabia de lui dessiner une série de couvertures pour la publication. L’artiste lui en livre 26, dont 8 furent publiées. C’est dans les ouvrages reproduisant en grand format les dessins d’Ingres d’Henry Lapauze et d’Édouard Gatteaux que Picabia fait son miel en copiant les figures, pour les reproduire parfois à l’identique ou au contraire en les combinant et les adaptant à ses projets de couverture.
 

Picabia pique à Ingres

  • DESCRIPTIF TECHNIQUE

    20 x 26 cm, 160 pages, 200 illustrations, cartonné contrecollé, jaquette pvc

    29 € – ISBN : 978-2-35906-375-2

     

     

     

  • AUTEURS

    Ouvrage collectif sous la direction de Jean-Hubert Martin, historien de l’art et commissaire d’exposition et Florence Viguier-Dutheil, conservateur en chef, directrice du musée Ingres Bourdelle. Avec la contribution d’Aurélie Verdier, conservatrice, collection modernes du MNAM.

  • COÉDITEUR

    Coédité avec le musée Ingres Bourdelle, Montauban

  • PARUTION

    En librairie le 11 août 2022.

    • Cet ouvrage est publié à l’occasion de l’exposition Ingres – Picabia, présentée au musée Ingres Bourdelle, Montauban, du
    8 juillet au 31 octobre 2022.
    • Pour chaque peinture ou dessin de Picabia, la démonstration permettra de les comparer avec la reproduction qui a servi de modèle et l’original du dessin d’Ingres.